Elle et moi, jamais 2 sans 3 ou 4...

Quand j'annonce que j'ai été transplantée du rein 3 fois à des personnes qui ne sont pas concernées par le sujet, la stupéfaction et l'incompréhension sont toujours de mise.


Car oui une transplantation d'organe, ce n'est pas à vie mais ça prolonge la vie.


Oui j'ai été transplantée 3 fois et chacune de ces greffes a été une expérience unique.

Aucune de mes greffes ne s'est ressemblée.


La première fois que j'ai été transplantée, j'avais 10 ans.


C'était un été, précisément le 4 aout 1989, je m'en souviens comme si c'était hier.


Mes parents étaient absents, c'était la fin de matinée, le téléphone a sonné et ma sœur a décroché.J'ai vu dans ses yeux que cet appel était particulier.


Très vite, j'ai compris les tenants et les aboutissants de cet appel qui était en train de changer ma vie.


Après, c'est un peu flou, je me souviens avoir eu ma grand-mère au téléphone et lui avoir dit "c'est le plus beau jour de ma vie".


A l'époque, dans mon imaginaire d'enfant, la greffe c’était la fin de la maladie.


Mes espoirs allaient vite être balayés et la petite fille que j'étais profondément triste et déçue.


Cette histoire de greffe, je vous la raconterai ultérieurement car ce sont deux années, très riche d'un point de vue médical.


La deuxième fois que j'ai été appelée, j'avais 13 ans.


C'était précisément le 3 Juillet 1992 et contrairement à la première greffe, mes souvenirs sont peu précis.

Je pense que j'étais vraiment traumatisée par l'expérience de ma première fois et je n'arrivais pas à voir dans cet évènement quelque chose de positif.


J'y suis allée parce que je devais y aller et j'attendais, je pense, vraiment qu'on me prouve qu'une greffe peut bien se passer...


Encore une fois, le bonheur d'une transplantation réussie ne sera pas au rendez-vous.


L'adage jamais deux sans trois s'est encore avéré vrai et le 28 Décembre 2004, un peu comme un cadeau de Noël, m'apportera enfin ce que j’espérais depuis l'enfance.


Peu de gens sont au courant mais je ne voulais pas y aller cette troisième fois...

J'avais trop souffert, trop été déçue...


J'ai négocié, parlementé avec mes proches pendant des heures et des heures pour accepter d'aller au bloc opératoire... Je mourrais de trouille...


Malgré les difficultés d'une vie en dialyse, je ne m'imaginais pas la force pour revivre une greffe qui ressemblerait aux deux premières.


La chance, le destin, la vie fut cette fois entièrement de mon coté!


Cette troisième greffe fut exceptionnelle et elle m'a offert le plus beau des cadeaux avec la naissance de mes fils.


Je ne sais ce que l'avenir me réserve mais ce soir j'ai envie de créer un nouvel adage,


Jamais 2 sans 3 ou 4